Action pour un                 référendum révocatoire
                                      Art 3 de la Constitution : La souveraineté nationale appartient                                       au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

Le référendum révocatoire répond à la nécessité de faire évoluer nos institutions et notre société.

Ce dispositif permet de révoquer le président de la République.

Le législateur à la liberté de défaire à tout moment ce qu'il a fait. Le citoyen, lui, à qui il est demandé de remettre un mandat de 5 ans à un président muni de pouvoirs étendus, n'a pas la liberté de dire "je me suis trompé", ou bien "j'ai été trompé" !

La révocation doit emprunter le même chemin que l'élection : le suffrage universel directe.

Toutefois, la révocation effective du président de la République n'est pas le but, car il s'agirait d'un échec imputable à tous. Le but est, par l'organisation du dialogue entre les citoyens et le pouvoir exécutif, d'assurer un fonctionnement des institutions conforme aux souhaits des citoyens.

Tout citoyen français inscrit sur la liste électorale de sa commune ou de son consulat peut soutenir des propositions de loi référendaire. (https://www.referendum.interieur.gouv.fr)

Nous proposons de réunir ici des gens éclairés et courageux ; éclairés car instruits par l'expérience et courageux car prêts à s'unir. 

Modalités d'action pour la mise en place d'un référendum révocatoire par la voie du RIP (Référendum d'Initiative Partagée:

1. Réunion des signatures sur ce site.

2. Réalisation de la base documentaire et argumentaire.

3. Elaboration des outils web de gestion de la communauté des citoyens, acteurs, signataires et soutiens.

4. Exposition actualisée et permanente des actions et des résultats sur ce site.

5. Le référendum révocatoire est un outil de dialogue avant d'être un instrument électoral. Il s'agit de rapprocher le pouvoir exécutif de la Nation par un dialogue organisé et continu afin de ne pas laisser s'installer les conditions de la violence civile.

Pourquoi un référendum révocatoire ?

Un changement majeur dans la société est observable depuis les élections de 2007 ; les trois derniers présidents de la république ont rencontré un désaveu marqué en raison d'actions et décisions contraires à leurs engagements envers la Nation.

Sans un dispositif de concertation adapté, les positions antagonistes du pouvoir exécutif élu pour 5 ans et de la Nation déçue dès le début du mandat présidentiel ne peuvent conduire qu'à la violence collective.

Que faire devant le déni du pouvoir exécutif ?

La contestation croissante de la société à l'égard du personnel politique s'exprime sur des blogs, des réseaux sociaux, des chaînes d'information et une presse web qui rendent l'expression citoyenne instantanée et permanente. Le paysage social et politique n'est plus celui de la présidence de Jacques Chirac et de ses prédécesseurs.

Le personnel politique, lui, n'a rien changé de ses habitudes et de ses pratiques. Le climat de violence croissante qui s'instaure doit recevoir une réponse de la part de la fraction la plus éclairée de la société. Cette réponse doit s'inscrire dans le cadre constitutionnel, légal et dans un esprit d'échange permanent et continu.

Le président de la république et les institutions républicaines dans leur ensemble doivent prendre en compte la réalité des changements qui sont à l'oeuvre et adapter notre Constitution.

Comment répondre à une situation de désordres préjudiciables à la communauté nationale ?

Les pouvoirs dévolus par la Constitution au président de la république produisent un risque majeur de troubles ; l'exécutif se fige dans une position d'autorité et la colère populaire s'installe dans une dynamique croissante et irréversible.

Le premier élément de déstabilisation de la société est le revirement post-électoral de l'élu à la présidence de la république. Nous observons que les intentions déclarées par le candidat deviennent nulles une fois qu'il est élu.

Il faut mettre sur pied un dispositif qui favorise un déroulement de la vie institutionnelle en accord avec un projet de stabilité et de paix sociale au service de la prospérité de tous.


    Plateforme,           Débat,             Signatures,             Soutiens,            l'auteur,

Notre société est marquée par une croissance des conflits qui opposent des citoyens indignés et un personnel politique dépassé.

Sans initiative ambitieuse, la violence collective est inévitable et sans l'action, l'indignation n'est rien !

Citoyenneté, solidarité, humanité pour faire vivre l'Etat de droit